Atterrissage à côté de la piste, procédure d'atterrissage interrompu, toucher du fuselage arrière

Vol Paris Charles-De-Gaulle - Douala.

L'équipage effectue une approche ILS pour la piste 30 sur l'aéroport de Douala. A 800 ft, l'approche est stabilisée, la piste est visible et il pleut faiblement. Le pilote déconnecte le pilote automatique à 250 ft radiosonde. A 100 ft, la pluie devient forte et la visibilité diminue. Le balisage latéral est toujours visible et l'équipage décide de poursuivre l'atterrissage. A 50 ft, le CDB a un doute sur le positionnement latéral de l'avion par rapport à l'axe de piste. L'OPL lui indique qu'il lui semble que la piste se trouve sur la gauche de l'aéronef. Le CDB décide d'effectuer une procédure d'atterrissage interrompu alors que le contact avec le sol est ressenti. L'équipage décide de se mettre en attente afin de permettre une inspection de piste. La situation météorologique s'améliore et l'avion atterrit sans autre incident. Après l'atterrissage, il est constaté sur les deux trains principaux des traces d'herbe et de boue, des traces de griffures sur le dessous du fuselage arrière, et l'arrachement de la porte des toilettes. Au cours de la remise de gaz, l'avion a roulé pendant 800 mètres à côté de la piste, et l'arrière du fuselage a touché le sol.

 

L'incident est dû à l'absence de décision d'interrompre l'atterrissage en courte finale alors que le maintien des références visuelles était compromis par une réduction de la visibilité.

 

En poursuivant l'atterrissage sous la forte averse, le PF s'est probablement aligné sur des éléments du balisage de bord de piste droit sans détecter d'écart jusqu'au contact de l'avion avec le sol.

 

Ont contribué à l'incident :

 

· l'absence d'un projet d'action commun lors d'une approche par conditions météorologiques défavorables,

· l'absence de prise en compte lors du briefing arrivée de certaines informations concernant les particularités de l'infrastructure aéroportuaire,

· la sous estimation des risques d'atterrissage par conditions orageuses,

· la multiplication des modifications non abouties au projet d'action initial a altéré la « conscience de la situation » et dégradé le processus de décision dans toute la phase d'approche.

l'absence de balisage axial.

Publications

Press release

  • Press release, 23 January 2007

    On 19 February 2006, an Airbus A 340 that was carrying out the flight AF 946 Paris-Douala made its approach in heavy showers. The airplane landed on the right of the runway and taxied on the grass for five hundred metres before taking off again. It landed thirty minutes later without further problems. The lower part of the rear fuselage suffered minor damage during the landing.

    The Cameroon government launched an investigation to determine the causes of the incident and set up a commission to this end, presided over by the Transport Minister. The BEA, Air France and Airbus are participating in the investigation.

    The flight recorders were read out by the BEA in March 2006.

    The commission organized several work meetings, in Cameroon and in France the last of which was held in January 2007 in Yaoundé.

    In accordance with international regulations, Cameroon is responsible for the publication of the investigation report.