Sortie longitudinale de piste lors de l'atterrissage par conditions météorologiques dégradées

Investigation progression Closed
Progress: 100%

Bulletin

 

Evénement : sortie longitudinale de piste lors de l'atterrissage par conditions météorologiques dégradées.

 

Causes identifiées : absence d'adaptation aux conditions météorologiques du jour, forte volonté d'arriver à destination, renforcée par l'utilisation du GPS et par la connaissance de l'environnement de l'aérodrome de destination.

 

Circonstances :

 

Le pilote décolle vers 17 h 40 de l'aérodrome de Charleville-Mézières (08) à destination de Lognes. A l'arrivée, l'ATIS annonce un vent du 340 pour six noeuds, une visibilité de 3 000 mètres, de la pluie et la piste 26 en service. Le contrôleur autorise le pilote à s'intégrer en branche vent arrière pour la piste08. Ce dernier demande la confirmation et le contrôleur corrige en l'autorisant à exécuter une approche directe pour la piste 26 revêtue. Il est numéro un. Lors de l'atterrissage, l'avion sort en extrémité de piste d'une vingtaine de mètres. Le pilote fait demi-tour et rejoint le parking sans autre problème.

Il explique que les conditions météorologiques se sont dégradées sur le dernier tiers de son parcours. Aux environs de Meaux (77), il a entendu sur la fréquence de Seine Info que les conditions météorologiques à l'ouest de Paris devenaient très mauvaises. Lorsque le contrôleur l'a autorisé à effectuer une approche directe, il était à 3,5 NM à l'est de l'aérodrome. Il ne voyait pas la piste. Peu de temps après, sous la pluie, il a aperçu le PAPI. Il s'est concentré sur la tenue de la trajectoire sur un plan supérieur au plan de descente standard, comme il le fait d'habitude à Lognes, afin d'augmenter la marge de franchissement de bâtiments situés avant le seuil de piste 26. Il n'a sorti qu'un cran de volets en raison du vent traversier. Il estime qu'il avait dix noeuds d'excédent de vitesse et que les roues ont touché la piste à plus de deux cents mètres du seuil. Il n'a pas remis les gaz car le freinage est habituellement efficace sur cet avion. Constatant que l'avion ne ralentissait pas lors du roulement, et craignant qu'une éventuelle dissymétrie de freinage ne provoque une embardée, il a modéré son action sur les freins.

Il ajoute qu'il a l'habitude de voler à Lognes. Il connaît bien les repères au sol. Il n'a pas envisagé d'interrompre le vol lorsque les conditions météorologiques se sont dégradées. Il utilisait un GPS.

Il avait consulté les prévisions météorologiques à son départ de Charleville-Mézières : cartes TEMSI France et WINTEM, TAF et METAR des aéroports du Bourget et d'Orly. Il était conscient de l'arrivée d'un front mais précise qu'il était difficile d'en estimer l'heure de passage à Lognes.

Le contrôleur sol explique qu'il a vu l'avion toucher à mi-piste et que les conditions météorologiques se sont ensuite rapidement dégradées.

metAr des aérodromes du bourget, Charles de gaulle et orly :

METAR LFPO 081630Z 33006KT 300V360 9999 SCT006 BKN007 15/13 Q1016 NOSIG

METAR LFPB 081630Z 33005KT 270V360 6000 RA FEW004 BKN018 BKN038 14/13 Q1016 NOSIG

METAR LFPG 081630Z 01007KT 7000 -RA SCT003 BKN036 BKN090 14/13 Q1016 TEMPO 4000 RA SCT010 BKN020

METAR LFPG 081700Z 01006KT 340V040 7000 -RA BKN003 BKN036 BKN090 14/13 Q1016 NOSIG

METAR LFPO 081700Z 33010KT 8000 -RA SCT007 BKN100 15/13 Q1016 NOSIG

tAf de l'aérodrome du bourget :

LFPB 081100Z 081221 04005KT CAVOK TEMPO 1218 7000 RA BKN035

Publications