L'année 2021

L’année 2021 avait débuté dans l’espoir d’une sortie rapide et définitive de la crise COVID, mais force est de constater que cela n’a pas été réellement le cas. De nouvelles périodes de confinement ou de télétravail obligatoire se sont succédé et les interactions sociales sont restées limitées, en France comme à l’étranger.

Pour l’aviation civile internationale, si l’on constate une amélioration du niveau de trafic, on reste encore loin des niveaux des années antérieures à la crise sanitaire. Le bilan de la sécurité aérienne du transport commercial dans le monde reste voisin de celui de l’année 2020 : on dénombre 7 accidents mortels ayant fait un total de 121 victimes, dont un unique accident d’avion à réacteur (accident d’un Boeing 737 survenu en mer de Java, ayant fait 62 victimes). L’activité du BEA à l’international, exprimée en nombre de Représentants Accrédités nommés sur des enquêtes étrangères est restée très limitée, et on ne relève qu’un déplacement d’équipe d’enquêteurs sur site d’accident à l’étranger.

On note cependant que l’activité de l’aviation générale en France semble se maintenir. Cela peut sans doute s’expliquer, d’une part, par le fait que les périodes de confinement n’ont pas touché les périodes de plus forte activité, et, d’autre part, par le fait que les règles sanitaires n’ont pas éteint le désir de voler des pratiquants de loisir. Il en résulte que les nombres d’accidents et de victimes sont comparables à ceux des années précédentes.

Au total, le bilan pour le BEA est très voisin de celui de l’année 2020, marqué par des nombres d’enquêtes ouvertes et de participation à des enquêtes étrangère stables, bien qu’inférieurs à ceux des années d’avant crise, et un nombre de rapports publiés supérieur au nombre d’enquêtes ouvertes. La mobilisation des agents n’est pas affectée par le contexte difficile, et leurs ressources libérées par le nombre modéré d’enquêtes ouvertes et surtout par la faible activité à l’international sont mises à profit pour la poursuite et la finalisation des enquêtes plus anciennes.

À l’heure d’écrire ces mots, le monde est secoué par une nouvelle crise majeure, qui le replonge dans l’incertitude. La guerre oppose deux pays dotés d’organismes d’enquêtes reconnus et avec lesquels le BEA entretient des relations étroites et de longue date, notamment du fait qu’il s’agit de deux pays ayant une histoire aéronautique importante. Les agents du BEA comptent dans les organismes d’enquêtes Ukrainien et Russe de nombreux collègues, parfois des amis, qu’ils rencontraient régulièrement, tant dans le cadre d’enquêtes que dans celui de réunions internationales.

Je formule le voeu d’un retour rapide à la paix et à la sérénité, à un monde
dans lequel nous pourrons retrouver des relations normales avec nos
collègues, et où notre objectif d’amélioration de la sécurité, qui peut
paraître dérisoire lorsque tant de forces destructrices sont mises en oeuvre
par ailleurs, reprendra tout son sens.

Cliquez ici pour télécharger le rapport annuel 2021 du BEA.

Rémi Jouty,
Directeur du BEA