Accident du Bell AB47G immatriculé F-BVFO survenu le 25/09/2019 à Llupia (66)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Note : Les informations suivantes sont principalement issues des témoignages de l’élève, de l’instructeur et du propriétaire de la base ULM. Ces informations n’ont pas fait l’objet d’une validation indépendante par le BEA.

1 - Déroulement du vol

Il s’agit du premier vol d’instruction pour l’élève, qui débute une formation de pilote en vue d’obtenir le CPL(H). Après avoir présenté l’hélicoptère, effectué la visite journalière et la visite prévol, l’instructeur décolle de l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes à destination de la base ULM de Llupia. L’instructeur est assis en place droite et l’élève en place gauche. Sur le trajet, l’élève effectue quelques exercices de maniabilité. À l’approche de la base, l’instructeur reprend les commandes, se présente en finale pour la piste 32, puis atterrit. Il rejoint le hangar où deux personnes, dont le propriétaire de la base, sont présentes. Moteur et rotor tournants, porte droite ouverte, l’instructeur demande au propriétaire s’il peut évoluer dans une zone qu’il désigne du bras. Après une translation effectuée par l’instructeur, l’élève débute des exercices de vol en stationnaire à une trentaine de centimètres du sol. À l’issue d’un exercice, l’hélicoptère s’étant décalé de sa position de départ, l’instructeur reprend les commandes et effectue une translation à droite. Voyant l’hélicoptère se rapprocher d’un piquet d’environ 50 cm de hauteur, le propriétaire accourt alors en faisant signe à l’équipage de monter. L’arrière du patin droit heurte le piquet. L’hélicoptère bascule sur le flanc droit et entre en collision avec le sol. Après l’immobilisation de l’hélicoptère, l’équipage effectue les actions d’arrêt du moteur et évacue. (voir figure 1 : épave du F-BVFO, source : élève).

 

2 - Renseignements complémentaires

2.1 Renseignements sur l’instructeur et témoignage

L’instructeur, âgé de 70 ans, est titulaire :

  • d’une licence CPL(H) avec les qualifications de type Bell 47 et EXEC 162 HDF ;
  • de qualifications d’instructeur FI(H) ;
  • d’une licence de pilote et d’instructeur ULM.

Le jour de l’accident, son expérience était d’environ 10 000 heures de vol sur hélicoptère, dont 6 800 heures sur Bell 47, incluant 6 500 heures en instruction. Il précise qu’il n’avait pas fait d’instruction depuis deux ans.

Il indique qu’un mois auparavant, il avait obtenu du propriétaire de la base ULM l’autorisation de venir s’y entraîner car l’aéroport de Perpignan ne présentait pas de zone propice à l’entraînement au vol en stationnaire. Il ne s’était pas posé sur la base depuis quatre ans. Le jour de l’accident, il a rejoint directement le hangar sans faire de reconnaissance de la base, l’objet de la séance d’instruction n’étant pas l’entraînement au tour de piste. De plus, il n’a pas voulu nuire à la tranquillité des riverains. Avant de débuter les exercices, il a voulu préciser au propriétaire son intention de faire des exercices sur la base. Il a choisi d’évoluer aux abords d’une piste désaffectée, devant le propriétaire, ancien mécanicien sur hélicoptère. Il n’a pas vérifié cette zone, n’ayant identifié aucune difficulté lors de son échange avec le propriétaire et de l’inspection depuis sa position.

Il considère qu’il aurait dû faire une reconnaissance de la zone avant de débuter les exercices.

2.2 Renseignements sur le propriétaire de la base ULM et témoignage

Le propriétaire de la base ULM est titulaire d’une licence de pilote d’ULM. Il explique que, lors de l’échange avec l’instructeur qui s’est déroulé moteur et rotor tournants, il a compris que l’instructeur souhaitait évoluer autour de la base. Il lui a précisé de ne pas survoler la zone aéromodélisme, qui se situe à 200 m au nord du seuil 22.

Il indique également qu’il a pour projet de rouvrir la piste désaffectée. À cette fin, il a conservé le piquet de l’ancienne manche à air qu’il veut remettre en place.

2.3 Renseignements sur la base ULM et le site de l’accident

La base ULM de Llupia dispose de deux pistes en herbe.

Le site de l’accident se situe entre deux pistes désaffectées, il est recouvert d’herbe d’environ 10 cm de hauteur. Le piquet de l’ancienne manche à air se trouve entre ces deux pistes (voir figure 2, schéma du site de l'accident, source : BEA).

 

 

BEA2019 0584 Figure 2
BEA2019 0584 Figure 1