Accéder au contenu principal

Accident du Cessna 206 immatriculé F-HIDZ survenu le 22/10/2022 à Lens-Bénifontaine (62)

Affaissement du train avant, lors de l'atterrissage

Autorité en charge

France - BEA

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Note :Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1. Déroulement du vol

Le pilote effectue la première rotation de la journée. Après décollage de la piste 21 non revêtue, il monte au FL 135 et largue cinq parachutistes. Il revient ensuite s’intégrer pour l’atterrissage. Il est seul dans le circuit. Il configure l’avion en finale : volets 10°, vitesse indiquée de 70kt sans majoration de la vitesse indiquée en approche finale (kve). Il atterrit « 2 points » après l’arrondi. Après le toucher de la roue du train avant, lors de la phase de décélération, le pilote sent que le nez de l’avion s’abaisse. Il effectue immédiatement un arrêt turbine « IDLE FEATHER CUT OFF » avant que les pales de l’hélice n’entrent en contact avec le sol. Après l’arrêt de l’avion sur la piste, il descend et constate que le train avant s’est affaissé vers l’avant et que les trois pales d’hélice ont touché le sol. L’avion est ensuite remorqué à la main à l’aide de plusieurs parachutistes puis positionné sur le taxiway.

2. Renseignements complémentaires

2.1. Informations sur l'aéronef

L’avion appartient à la société ICARIUS, basée sur l’aérodrome de Nancy. Cette société a mandaté la société 2SAVIA pour louer ses aéronefs. 2SAVIA sous-loue cet avion à l’école de parachutisme de Lens.

Le responsable de 2SAVIA indique qu’il existe seulement trois modèles de C206 en France, tous utilisés pour le largage de parachutistes. Il ajoute qu’il a formé le pilote sur C206 après lui avoir prodigué un cours à la différence (passage du C208 au C206). L’avion est sorti d’atelier il y a deux ans, refait à neuf.

2.2. Examens réalisés

La Direction Technique de la société ICARIUS a identifié que l’axe de fixation arrière de la bielle de maintien du train avant (numéroté 6 dans la Figure 1) était rompu ce qui explique l’affaissement du train avant.

Cette rupture pourrait être la conséquence d’un ou plusieurs atterrissages durs ayant engendré une contrainte importante sur cet axe.

null

Figure 1 : schéma du train avant

Février 2023