Accident du Cessna P210 immatriculé N732RS survenu le 13/07/2019 à Courchevel (73)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Note : Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

 

1 - Déroulement du vol

Le pilote, accompagné d’un passager, décolle de l’aérodrome de Grenoble Le Versoud (73) à destination de l’altiport de Courchevel. Il s’intègre dans le circuit de l’altiport, puis sort le train d’atterrissage en finale pour la piste revêtue 22. En courte finale, l’avion est désaxé sur la gauche, le pilote corrige la trajectoire pour revenir sur l’axe. En très courte finale, l’avion est légèrement incliné sur la droite lorsque le train principal droit touche le sol avant le seuil de la piste. L’agent AFIS aperçoit de la fumée et des projections de terre. Le pilote poursuit l’atterrissage et rejoint l’aire de stationnement. Au parking, il constate que la jambe du train principal droit est déformée.

2 - Renseignements complémentaires 

Les conditions météorologiques transmises par l’agent AFIS de l’altiport au pilote lors de l’atterrissage étaient les suivantes :

  • vent du 310° pour 10 kt ;
  • visibilité supérieure à 10 km ;
  • nuages épars à haute altitude ;
  • température 14 °C ;
  • QNH 1022 hPa.

Le pilote, titulaire d’une licence de pilote privé avion PPL(A), totalisait environ 420 heures de vol dont 320 en tant que commandant de bord et environ 260 sur cet avion. Il détenait l’autorisation pour atterrir sur l’altiport de Courchevel qui est à usage restreint. 

Il indique qu’il venait régulièrement à Courchevel depuis trois ans. Il y a effectué un vol comprenant trois atterrissages et trois décollages le matin même avec un instructeur pour proroger son autorisation. Il indique que la prorogation précédente datait de novembre 2018 et qu’il était venu deux fois à Courchevel avant le jour de l’accident.

Le pilote précise que durant la finale en raison du vent travers droit il devait maintenir l’avion « en crabe » pour garder l’axe. En courte finale, il a dû faire une correction supplémentaire pour revenir sur l’axe et a été déstabilisé par un cisaillement de vent qui a conduit à un enfoncement de l’avion et au heurt d’un talus avec le train principal droit avant le début de la piste.