Accident du Christen-A1 «HUSKY» immatriculé F-GHXE survenu le 27/09/2018 sur l’altisurface d’Aleu (09)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Rapport d'Enquête cat.3 : rapport sur un événement aux conséquences limités, élaboré à partir d'un ou de plusieurs témoignages n'ayant pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

Note :Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote de l’avion et de témoignages de pilotes présent sur l’altisurface. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - DÉROULEMENT DU VOL

Le pilote, récent propriétaire de l’avion, entame une journée de vols accompagné d’un ami non pilote qui embarque avec lui régulièrement. Il décolle de l’aérodrome de Lézignan-Corbières (11) à 08 h 35, à destination de celui de Pamiers-Les Pujols (09). À l’arrivée, le pilote fait un complément carburant et redécolle à 10 h 20 à destination de l’altiport de Peyresourde-Balestas (65) pour y effectuer quelques circuits d’aérodrome. Il se dirige ensuite vers l’aérodrome de Bagnères-de-Luchon (31) où ils font une pause pour le déjeuner entre 12 h 30 et 14 h 30.
À l’issue de cet arrêt, le pilote décolle avec pour objectif de réaliser une reconnaissance de l’altisurface d’Aleu et de s’y poser s’il juge les conditions propices à l’atterrissage. Il précise qu’il ne s’y était jamais posé avec le Husky. Le pilote approche de la verticale des installations peu avant 15 h 00. Il estime que le vent au sol est faible et décide d’atterrir.
L’atterrissage se déroule normalement. Le pilote coupe le contact et prévient l’exploitant de l’altisurface de sa présence. Cette pause dure environ dix minutes, avant le redécollage vers 15 h 30.
Le pilote s’aligne en faisant attention que le saumon gauche soit suffisamment éloigné du talus et de la végétation bordant la piste, et à ce que la roue arrière soit dégagée de la zone caillouteuse présente au début de la plate-forme.
L’avion est alors positionné légèrement à gauche de l’axe de piste, désaxé d’environ 10° à gauche par rapport à l’orientation de la piste. Arrêté, mais estimant qu’il n’est pas aligné, le pilote augmente la puissance et relâche le frein gauche, afin de corriger l’alignement du fuselage. L’avion commence à rouler dans la pente. Le pilote estime qu’il ne pourra plus l’arrêter, et augmente la puissance au maximum pour décoller, sans être parvenu à corriger le désaxe.
L’avion s’oriente vers la gauche, sort de piste après environ 60 m de roulement, puis percute un arbre. Il passe en pylône et bascule sur le dos environ 120 m après le point de mise en puissance (voir figure 1).
Le pilote fortement choqué n’a plus de souvenir postérieur à l’accident. Le passager est légèrement blessé.

2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES
2.1 Renseignements sur le pilote

Le pilote, âgé de 70 ans, titulaire d’une licence de pilote privé avion PPL(A), totalisait 1 077 heures de vol, dont 17 dans les trois mois précédents, et 11 sur le type. Il détenait la qualification SEP terrestre, montagne roues et montagne ski.
Il possédait un Jodel D119 depuis 2008 et avait acheté le Husky deux semaines avant l’accident. Le pilote précise qu’il avait une faible expérience de cet avion sur altisurface.

Il pense que son habitude du D119, disposant d’une puissance modérée, l’a incité à précipiter la mise en puissance avant d’avoir été aligné. Le Husky a, selon lui, des caractéristiques différentes : la capacité d’accélérer et de décoller court, mais également une puissance et des effets moteur importants et une visibilité vers l’avant plus réduite que sur le D119.

2.2 Renseignements sur l’altisurface d’Aleu (LF0921)

Un talus est présent à l’est de la plate-forme d’évolution. Sa présence est signalée dans la fiche de terrain éditée par l’APPM.
La première partie de la piste, dans le sens du décollage, est très pentue (20 %) (voir figure 2).

2.3 Renseignements sur le site et l’épave

L’avion repose sur le dos dans une végétation dense. L’empennage arrière est retourné vers l’avant, témoignant d’un choc important sur l’arrière du fuselage. Les ailes sont déformées et les haubans pliés et flambés. L’aile gauche présente une trace de contact avec la végétation sur son bord d’attaque. Le train d’atterrissage droit est endommagé. L’hélice est détruite. La continuité des commandes est établie et aucune fuite du circuit de freinage n’a été détectée (voir figure 3).

 

Figure 1 : Croquis (échelle non respectée) des traces sur l’altisurface d’Aleu (Source BEA)
Figure 2 : Source AFPM
Figure 3 : Photo du Husky accidenté F-GHXE (Source BEA)