Accident du Cirrus SR22 immatriculé N24EE le 13/07/16 au Plessis-Belleville (60)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Note : les informations suivantes sont issues du témoignage du pilote. La validité de ces informations n’est pas assurée.

1 - DÉROULEMENT DU VOL

Le pilote, accompagné de deux passagers, décolle de l’aérodrome du Plessis-Belleville pour un vol local. Au retour, il intègre le circuit d’aérodrome pour un atterrissage sur la piste 25 revêtue(1). Après le toucher des roues, l’avion se déporte progressivement vers la gauche. Le pilote explique qu’il agit sur le palonnier droit mais celui-ci semble bloqué et l’avion poursuit son mouvement latéral. Le pilote augmente son action sur le palonnier mais celui-ci ne bouge toujours pas. L’avion ayant déjà bien ralenti et se trouvant à ce moment désaxé de 20 à 30° par rapport à l’axe de piste, le pilote estime
qu’il n’est plus possible de remettre les gaz.

L’avion sort latéralement de piste. Alors que l’avion est secoué par le sol inégal, le palonnier droit s’enfonce brutalement. Le pilote se rend alors compte que son pied droit était en appui partiel sur le palonnier gauche, empêchant le mouvement du système de palonniers.

Le pilote freine mais, à une vitesse qu’il estime à environ 10 à 15 kt, l’avion croise des sillons, profonds d’une trentaine de centimètres, créés par le passage d’un tracteur. Le train avant se rompt, et l’avion s’immobilise sur le nez.

2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES

Au moment de l’accident, le pilote estime que le vent était légèrement de travers pour moins de 10 kt.

Le pilote, propriétaire de l’avion, est titulaire d’une licence de pilote de ligne avion, délivrée par les Etats-Unis. Au moment de l’accident, il totalisait environ 22 000 heures de vol dont 200 dans les trois derniers mois. Sur Cirrus SR22, il totalisait environ 1 200 heures de vol.

3 - ENSEIGNEMENTS ET CONCLUSION

Lors de l’atterrissage, l’avion a commencé à dévier vers la gauche. Le pied droit du pilote étant mal positionné, à cheval sur les deux palonniers, le pilote n’a pas pu contrer le mouvement de l’avion et celui-ci est sorti de piste.

Avant le décollage et l’atterrissage, la vérification du positionnement de ses pieds sur les palonniers permet de vérifier d’être en mesure d’agir sur la commande de lacet de l’avion, et les freins le cas échéant.

(1)Dimensions 700 m sur 20 m.

Publications