Accident du Glaser Dirks - DG300 immatriculé F-CTVV survenu le 17/05/2022 à Bellegarde-Marsal (81)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Rapport d'Enquête cat.3 : rapport sur un événement aux conséquences limités, élaboré à partir d'un ou de plusieurs témoignages n'ayant pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

Note :Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - DÉROULEMENT DU VOL

Le pilote décolle de l’aérodrome de Graulhet-Montdragon (81) vers 14 h. Il exploite des ascendances à proximité de l’aérodrome jusqu’à atteindre une altitude de 1 900 m. Il s’éloigne ensuite vers l’est puis le nord en direction d’Albi, en exploitant de nouvelles ascendances en chemin. Il prend alors la direction de l’est et tente d’exploiter de nouvelles ascendances sans succès. Il se retrouve hors du local de l’aérodrome d’Albi et décide d’effectuer un atterrissage en campagne. Lors de l’atterrissage, le planeur touche durement le sol et effectue un cheval de bois. L’empennage, le fuselage et le train d’atterrissage se rompent à l’impact.

2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES

Le pilote, âgé de 41 ans, était titulaire d’une licence de pilote de planeur SPL depuis novembre 2020. Il totalisait 121 heures de vol dont 45 sur type, et 6 h 30 dans les trois mois précédents toutes sur type.
Il indique qu’il avait participé au briefing météorologique et avait noté un vent calme du 230° pour 2 kt, une visibilité supérieure à 10 km et peu de nuages avec un plafond très élevé. Il était autorisé à effectuer un vol local étendu, en restant toujours en local d’un aérodrome.

Il explique qu’il n’est pas parvenu à trouver d’ascendance malgré les bonnes conditions aérologiques et qu’il est sorti du local de l’aérodrome d’Albi malgré les consignes. Il a alors décidé d’atterrir en campagne et a repéré un champ vachable orienté ouest-est et de 400 m de longueur, alors qu’il était à environ 600 m de hauteur. Lors de la prise de terrain, il a tenté d’exploiter une ascendance thermique en négligeant le respect de la trajectoire. Il n’est pas parvenu à maîtriser l’atterrissage et a raté l’arrondi.