Accident du Jodel D140 C immatriculé F-BRGV survenu le 08/08/2019 à La Roche sur Yon - Les Ajoncs (85)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Note: Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote. Ces informations n’ont pas fait l’objet d’une validation indépendante par le BEA.

1 - Déroulement du vol

Le vent est du 200°, variable du 160° au 260°, pour 7 kt[1]. Après environ 150 m de roulement au décollage de la piste 28, l’avion se met en ligne de vol avant de virer soudainement vers la gauche. Le pilote ne parvient pas à récupérer le contrôle de la trajectoire. L’avion sort de piste latéralement par la gauche puis tourne rapidement autour de son axe de lacet. Le train d’atterrissage droit puis le gauche se plient. L’hélice touche le sol et l’avion glisse de quelques mètres à vitesse faible avant de s’arrêter à quelques mètres du bord de piste, sur le taxiway situé à environ 600 m du seuil de piste 28.

Les occupants évacuent sans précipitation, personne n’est blessé.

2 - Renseignements complémentaires

Le pilote, titulaire d’une licence ATPL(A) totalisait environ 14 700 heures de vol dont 4 h 30 sur type dans les 90 jours précédant l’accident.

Il indique qu’il a appliqué l’action à piquer au manche pour mettre l’avion en ligne de vol dès le début de la course au décollage. Il estime que cette action a été plus forte qu’à l’accoutumée. Il ajoute qu’une vérification rapide de la position du trim de profondeur après son action à piquer pour mettre l’avion en ligne de vol a probablement contribué à l’embardée vers la gauche, sans possibilité de récupérer le contrôle de la trajectoire. Il estime que le trim était probablement réglé en position atterrissage plutôt qu’au neutre. Le centrage était plus arrière que d’habitude avec deux personnes sur la banquette arrière et une masse au décollage d’environ 1 000 kg pour une masse maximale de 1 200 kg. Le pilote précise que la sensibilité du trim de profondeur est significative sur cet avion.

3 - Conclusions

Avec un avion à train d’atterrissage classique dont le moteur tourne dans le sens horaire, l'effet gyroscopique à la mise en ligne de vol entraîne rapidement le nez de l'avion vers la gauche s'il n'est pas contré aux commandes. Ce phénomène peut s’ajouter à l’effet girouette provoqué par une composante de vent de travers venant de la gauche comme c’était le cas au moment de l’accident.

La connaissance et la prise en compte du centrage d’un avion sont nécessaires pour le vol et en particulier pour régler le compensateur avant le décollage. Pour un avion à train d’atterrissage classique, un réglage inadapté implique des différences significatives d’efforts pour mettre l’avion en ligne de vol. Le pilote précise que le réglage du compensateur pourrait être abordé lors du briefing avant l’alignement et le décollage.

 


[1] Source : Organisme AFIS.