Accident du LCA LH 212 identifié 83AQG survenu le 24/09/2019 près de Montélimar (26)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Lors d’un vol d’instruction, en circuit d’aérodrome, l’une des pales du rotor anti-couple (RAC) s’est rompue. Le déséquilibre en résultant a entraîné la séparation du RAC et de la seconde pale, puis la perte de contrôle en vol de l’hélicoptère et sa collision avec le sol. La rupture de la première pale au niveau de l’une de ses fixations a été causée par un endommagement progressif en fatigue dont l’origine et la vitesse de propagation n’ont pas pu être déterminées. La modification de conception des pieds de pale de RAC du LH212, par rapport à ceux de Dragonfly ayant servi à justifier la conception du RAC, a pu contribuer à réduire la durée de vie en fatigue de ces pièces.

Lors de la rupture de la pale puis la désolidarisation du RAC, la réalisation immédiate d’une autorotation était la seule manœuvre susceptible de limiter les conséquences de l’accident.

Un scénario similaire s’était produit 17 mois plus tôt sur l’une des pales du RAC d’un autre hélicoptère LH212 du même exploitant. Les conséquences n’avaient alors été que matérielles et la séquence d’endommagement amenant à l’événement n’avait pas été identifiée par l’exploitant.

Les examens menés par le BEA ont montré que, en raison de la localisation de la zone d’initiation de la fissure, la recherche d’un endommagement sur une pale en service avant qu’il ne soit très important était difficilement réalisable avec des méthodes classiques en atelier.

Publications