Accident du paramoteur voile Paramania Revo2 le 09/04/2015 à Bliesbruck (57)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

1 - DÉROULEMENT DU VOL

Le pilote du Paramania et deux amis paramotoristes, tous trois de nationalité allemande, se sont donné rendez-vous à 17 h 30 afin de réaliser des vols d’agrément en zone frontalière, dans les environs de Bliesbruck.

Tandis qu’un des pilotes évolue relativement haut et qu’un autre prépare son aéronef avant le décollage, le pilote du Paramania réalise des évolutions à faible hauteur. Il perd le contrôle de son paramoteur et entre en collision avec le sol. Le parachute de secours n’a pas été actionné par le pilote.

2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES

2.1 Témoignages

Le deuxième pilote en vol au moment de l’accident indique qu’il avait une expérience plus faible que le pilote du Paramania et préférait de ce fait voler haut. Il a vu le pilote du Paramania atterrir quelques instants avant de redécoller mais n’a pas été témoin de la collision avec le sol.

Le troisième pilote, qui se préparait au sol au moment de l’accident, indique que le pilote du Paramania a atterri afin de remettre du carburant dans le réservoir de son paramoteur. Il l’a ensuite vu redécoller tout en demeurant relativement bas, à une hauteur estimée entre 80 mètres et 100 mètres. Il n’a pas vu la collision avec le sol.

Un troisième témoignage a été recueilli d’un riverain, également paramotoriste, qui se trouvait à environ 400 mètres du lieu de l’accident. Il a vu le pilote réaliser des évolutions à faible hauteur semblables à des « wing-over »(1) . Il l’a ensuite vu partir « en vrille » avant d’entrer en collision avec le sol. Il précise que, de là où il se situait, l’aile lui a semblé en condition normale, ouverte et n’était pas en torche jusqu’à l’impact. Enfin, il ajoute que le pilote volait trop bas pour pouvoir utiliser son parachute de secours.

2.2 Renseignements sur l’aéronef et sur l’épave

Le pilote a acheté l’ensemble propulsif Fresh Breeze Sportix en juin 2013 et l’aile Paramania Revo2 en février 2014.

Le paramoteur ne comportait aucune marque d’identification. La réglementation allemande ne l’exige pas pour ce type d’aéronef, contrairement à la réglementation française qui considère un paramoteur comme un ULM et exige une identification.

L’aile Paramania Revo2 est décrite par son constructeur comme une aile pour « débutant/intermédiaire ». Le manuel du constructeur précise qu’elle est facile à piloter et qu’elle pardonne « beaucoup de défauts de pilotage ».

Un examen détaillé de l’aile a été réalisé avec la société agréée pour la maintenance et la réparation des ailes Paramania sous la supervision du BEA. L’aile présente des caractéristiques d’une aile ayant peu d’heures de fonctionnement.

L’aile Paramania Revo2 comporte 46 caissons, séparés par des cloisons structurelles. L’examen révèle que trois de ces cloisons sont partiellement détruites du côté gauche de l’aile. Ces endommagements sont caractéristiques d’un abattement brutal du bord d’attaque de l’aile au sol, probablement lors de l’accident.

L’examen des suspentes de l’aile n’a révélé aucune anomalie ayant pu avoir une influence sur les caractéristiques de vol.

D’autre part, les endommagements constatés sur l’ensemble propulsif sont tous consécutifs à la collision avec le sol.

2.3 Renseignements sur le pilote

Le pilote, de nationalité allemande, était âgé de 37 ans. Il était titulaire d’une licence allemande de pilote de paramoteur.

2.4 Conditions météorologiques

Les conditions météorologiques enregistrées sur l’aérodrome de Sarrebruck-Ensheim (Allemagne), situé à 12 km du lieu de l’accident, indiquent des conditions CAVOK, une température de 14°C et un vent du 210° pour 2 kt.

Tous les témoins présents indiquent que les conditions météorologiques étaient propices au vol en paramoteur.

3 - ENSEIGNEMENTS ET CONCLUSION

Le wing-over est une figure acrobatique de base en parapente et en paramoteur. Néanmoins, mal maîtrisée, cette figure peut entraîner une fermeture brutale de l’extrémité de l’aile suivie d’une auto rotation ou d’un décrochage.

Le pilote a probablement été surpris par un décrochage de l’aile de son paramoteur lors d’une manoeuvre de wing-over. Les évolutions étant réalisées à faible hauteur, il n’a pas eu le temps de récupérer le contrôle ni de déclencher son parachute de secours.

L’accident est dû à la décision du pilote d’effectuer une figure acrobatique à une hauteur ne permettant pas d’assurer la sécurité en cas de perte de contrôle.

 

(1)Le wing-over est une manoeuvre acrobatique consistant en une série de virages dynamiques durant lesquels le pilote se balance jusqu’à pouvoir se trouver au-dessus de l’aile. Voir le numéro de Voler Info consacré au wing-over : www.voler.info/ media/wingover-volerinfo.pdf

 

Publications