Accident du Piper PA25 immatriculé F-HPMO survenu le 05/09/2021 à Bedous (64)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Lors de la dernière visite « 50 heures » de l’avion, le mécanicien avait effectué une réparation provisoire sur le système d’échappement par l’ajout d’une toile résistante à haute température et d’une tôle en aluminium. Il n’avait pas réalisé que la résistance à la température de la tôle utilisée pour cette réparation était inférieure à la température atteinte par l’échappement, rendant cette réparation inadéquate. Par ailleurs, il n’avait ni demandé l’avis de l’atelier qui suivait généralement l’avion ni utilisé de document support.

Lors du troisième vol suivant cette réparation, le pilote aux commandes, sentant une « odeur de chaud », avait interrompu le vol. Après l’atterrissage, il avait reporté ce problème à un autre pilote, qui était informé de la réparation. Ne parvenant pas à joindre le mécanicien, tous deux avaient effectué une inspection sommaire du moteur et n’avaient constaté aucun dommage. Le second pilote avait alors décidé d’effectuer lui-même le vol suivant pour vérifier si le problème persistait.

Lors des vols suivant la réparation, la tôle en aluminium a fondu, endommageant progressivement le câblage se trouvant sous l’échappement. Lors du vol de l’accident, l’endommagement des câbles de mise à la masse des magnétos a entraîné une diminution de la puissance du moteur. Le pilote a décidé d’effectuer un atterrissage d’urgence. Malgré le positionnement de la manette des gaz sur la position « ralenti », l’endommagement du câblage de mise à la masse des deux magnétos s’est poursuivi jusqu’à la coupure d’alimentation électrique du moteur et l’arrêt de ce dernier alors que l’avion était en finale. Le pilote a dû atterrir dans le champ précédent celui qu’il envisageait. Lors du roulement, il n’a pas pu arrêter l’avion avant la haie d’arbres qui séparait les deux champs et l’avion est entré en collision avec les arbres.

En l’absence de résultat de l’examen complémentaire du moteur par l’atelier en charge de sa remise en service, il n’a été possible de confirmer si le moteur avait également fonctionné à une température anormalement élevée, comme peuvent laisser penser les constations observées après le démontage du moteur.

Publications