Accident du Piper PA-34-200 Seneca immatriculé F-BVEE survenu le 06/02/2020 à Perpignan-Rivesaltes (66)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Rapport d'Enquête cat.3 : rapport sur un événement aux conséquences limités, élaboré à partir d'un ou de plusieurs témoignages n'ayant pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

Note :Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage de l’instructeur et du pilote en formation. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - Déroulement du vol

Le pilote en formation, accompagné de l’instructeur et d’un passager, décolle de l’aérodrome de Perpignan-Rivesaltes pour un vol local.

De retour vers l’aérodrome, il effectue des tours de piste sur la piste 33[1]. Au troisième tour de piste, l’instructeur propose au pilote en formation de réaliser une approche en monomoteur simulé. Après un briefing entre les deux membres d’équipage, le pilote en formation débute l’exercice. Afin de simuler la panne du moteur droit, ce dernier est mis en régime de transparence. L’approche finale est stabilisée.

Lors de l’arrondi, une action excessive à cabrer amène l’avion à une assiette anormalement élevée et à une vitesse faible. Conscient de cette situation inhabituelle, le pilote en formation décide de remettre les gaz. Pour cela, il applique la pleine puissance sur le moteur gauche.

Instantanément, l’avion prend fortement du lacet et du roulis à droite, ce qui l’amène en dehors de la surface revêtue de la piste.

L’instructeur annonce « non » pour manifester son désaccord quant à la décision de remettre les gaz, de surcroît sur un seul moteur. Il reprend les commandes pour ramener l’avion sur la piste, ce qu’il parvient à faire. Le train d’atterrissage principal gauche touche la piste, puis le train avant heurte violemment le sol et s’efface.

L’avion finit par s’immobiliser sur la piste avec la cellule, le train d’atterrissage avant et les hélices des deux moteurs endommagés.

2 - Renseignements complémentaires

2.1  Informations sur le pilote en formation

Le pilote en formation, âgé de 47 ans, était en formation d’instructeur de qualification de classe CRI(A) chez Aeropyrénées.

Titulaire d’une licence de pilote de ligne ATPL(A) et d’une qualification d’instructeur FI(A) depuis décembre 2019, il totalisait 4 200 heures de vol, dont une sur Piper PA-34.

Dans les trois mois précédant l’accident, il avait réalisé un total d’une heure de vol, exclusivement sur Piper PA-34.

Il explique qu’il a remis les gaz sur un seul moteur car il est resté dans le « schéma mental instauré » par l’approche en configuration N-1 moteur.

2.2 Informations sur l’instructeur

L’instructeur, âgé de 49 ans, titulaire d’une licence de pilote professionnel CPL(A), d’une qualification d’instructeur de vol FI(A), d’instructeur de qualification de classe CRI(A) et d’instructeur de qualification de vol aux instruments IRI(A) totalisait 8 200 heures de vol, dont 1 332 sur Piper PA-34.

Dans les trois mois précédant l’accident, il avait réalisé un total de 84 heures de vol, dont 32 sur Piper PA-34.

 


[1] Piste revêtue de 2 500 m sur 45 m. La distance disponible à l’atterrissage est de 2 330 m.