Accident du Robin DR400-140B immatriculé F-GMXD survenu le 13/02/2021 à Rouen (76)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Rapport d'Enquête cat.3 : rapport sur un événement aux conséquences limités, élaboré à partir d'un ou de plusieurs témoignages n'ayant pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

Note :Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - DÉROULEMENT DU VOL

Le pilote réalise un vol circulaire au départ de l’aérodrome de Chavenay (78). Il a prévu de réaliser des posés-décollés à Pontoise (95) et à Rouen, puis de naviguer vers Chartres (28) avant de revenir atterrir à Chavenay.

Le temps de vol prévu est de 1 h 27. Le pilote a calculé que, pour tenir compte des réserves nécessaires, il doit embarquer 73 litres de carburant. Il décide de réaliser un plein complet du réservoir principal, ce qui lui assure une autonomie de 4 heures de vol.

En arrivant dans la TMA de Pontoise, le pilote reçoit l’information qu’en raison d’autres trafics il devra attendre une vingtaine de minutes. Il décide alors de changer ses intentions et se dirige directement vers Rouen.

En contact avec le contrôleur de Rouen, le pilote est autorisé à entrer dans la zone contrôlée et prévoir une branche vent arrière main droite éloignée vers la piste 04. Il reçoit ensuite l’instruction de prolonger la branche vent arrière en raison d’un trafic précédent.

Établi en finale, le pilote explique qu’il se trouvait sur une trajectoire stabilisée, aidé en cela par le PAPI. Le vent de travers était sensible mais stable et contrôlé au manche. La vitesse d’approche maintenue par le pilote était de 120 km/h.

Au moment de l’arrondi, le pilote remet l’avion dans l’axe de la piste en agissant sur le palonnier gauche. Le pilote sent qu’avant le toucher des roues, l’avion a tendance à pivoter vers la droite. Lors du toucher des roues, l’avion se déporte brusquement vers la droite. Le pilote tente de reprendre le contrôle mais n’y parvient pas. L’avion sort latéralement à droite de la piste et s’immobilise dans un fossé qui longe la piste.

2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES

2.1 Conditions météorologiques

Avant le vol, le pilote a consulté les prévisions météorologiques. Le METAR de Rouen indiquait CAVOK avec un vent 11016KT. Le TAF long indiquait 130500ZZ 1306/1406 12012KT CAVOK=.

L’ATIS de Rouen consulté en vol indiquait la piste en service 04 avec un vent dans le 120° de 15 kt.

2.2 Renseignements sur le pilote

Le pilote était âgé de 57 ans au moment de l’accident. Il est titulaire d’une licence de pilote privé d’avion délivrée le 20 juillet 2017, en cours de validité. Au moment de l’accident, il totalisait 194 heures de vol, toutes sur DR400 et 2 h 46 dans les trois mois ayant précédé l’accident.

Il explique que, étant basé à Chavenay et se rendant à fréquemment à Pontoise, il est habitué sur ces deux aérodromes à disposer de pistes croisées. Il n’est pas habitué à réaliser des atterrissages par vent de travers, notamment par vent fort comme le jour de l’accident.

3 - ENSEIGNEMENTS DE SÉCURITÉ

La formation pratique de l’atterrissage par vent de travers lors de vols avec un instructeur permet d’apprendre à maîtriser cette technique, notamment au moment du toucher des roues et lors du roulage après l’atterrissage, moment où l’avion a encore une vitesse importante.

Lorsque l’instruction est réalisée au départ d’un aérodrome disposant de pistes croisées, cet apprentissage peut être plus occasionnel. Dans ce cas, une formation pratique volontairement plus poussée peut permettre à un pilote récemment licencié de ne pas être mis en difficulté face à une situation réelle d’atterrissage par vent de travers.

Un fossé est présent en dehors de la bande aménagée de la piste 04-22 de l’aérodrome de Rouen. Selon les endroits, il se trouve à environ 50 à 70 m du bord de la piste. La position de cet obstacle est en conformité avec les exigences règlementaires. Néanmoins au cours des dernières années, plusieurs sorties de piste sur l’aérodrome de Rouen ont été recensées par le BEA et lors de plusieurs d’entre elles, l’avion a été endommagé en raison de la présence du fossé.

Figure 1 : Extrait de la carte VAC de l’aérodrome de Rouen
Figure 2 : Position de l’avion après l’accident (Source : pilote du F-GMXD)