Accident du Robin DR400 - 180 immatriculé F-GORD survenu le 02/06/2019 à Lognes Emerainville (77)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Rapport d'Enquête cat.3 : rapport sur un événement aux conséquences limités, élaboré à partir d'un ou de plusieurs témoignages n'ayant pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

Note :Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - Déroulement du vol

Le pilote, accompagné de deux passagers, décolle de la piste 26 revêtue de l’aérodrome de Lognes Emerainville. Lors du roulement au décollage, l’avion dévie sur la gauche et sort latéralement de piste dans l’herbe. Alors que le pilote agit sur les commandes pour reprendre le contrôle, l’avion décolle et prend une forte assiette à cabrer en s’inclinant sur la droite. Le saumon de l’aile droite touche le sol. L’avion prend une assiette à piquer et effectue un cheval de bois vers la gauche. Il s’immobilise sur le bord de la piste. Le pilote et les passagers évacuent l’avion, le moteur prend feu.

2 - Renseignements complémentaires

Les conditions météorologiques fournies sur le message ATIS en vigueur au moment du décollage étaient les suivantes : vent du 210° pour 11 kt, avec des rafales à 19 kt, visibilité supérieure à 10 km, température 30 °C.

Le pilote, âge de 60 ans, titulaire d’une licence de pilote privé avion PPL(A) délivrée en août 2009, totalisait 226 heures de vol, dont 4 h 30 sur le type et 3 h 30 dans les trois mois précédents.

Le pilote indique que lorsqu’il a demandé l’autorisation de s’aligner, le contrôleur lui a demandé s’il était prêt pour un décollage immédiat en raison de l’arrivée d’un avion en approche finale pour la piste 26. Il a accepté et pense a posteriori que cela a pu lui engendrer du stress.

Le pilote précise qu’il avait conscience qu’il y avait du vent de travers venant de la gauche et avait décidé de décoller en maintenant le manche à gauche et en appliquant une action à droite sur les palonniers. Alors qu’il vérifiait que son badin était actif lors du roulement au décollage, à une vitesse d’environ 40 kt, l’avion a dévié à gauche. Il pense qu’il avait sans doute relâché son action sur les palonniers pendant cette vérification. Il a essayé de contrer l’écart de trajectoire en appliquant une action plus franche à droite sur les palonniers puis a tiré légèrement sur le manche pour soulager le train d’atterrissage avant. Cette action a entraîné le décollage de l’avion. Le pilote a alors interrompu le décollage en réduisant la puissance mais n’est pas parvenu à reprendre le contrôle de l’avion.