Accident du Robin DR400-140B immatriculé F-GORL survenu le 15/02/2020 à Metz-Nancy-Lorraine (57)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Rapport d'Enquête cat.3 : rapport sur un événement aux conséquences limités, élaboré à partir d'un ou de plusieurs témoignages n'ayant pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

Note :Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - DÉROULEMENT DU VOL

Le pilote, accompagné d’un passager, entreprend un vol au départ l'aérodrome de Chambley (54) où l’avion est basé. Il complète les pleins puis roule vers la piste 23L. Il décolle et, en quittant le circuit d’aérodrome, prend un cap 235° en direction de Saint-Mihiel (55) en montant à une altitude de 3 000ft.
Il effectue ensuite des évolutions autour du village de Saint-Mihiel pendant une dizaine de minutes avant de se diriger vers l’aéroport Metz-Nancy-Lorraine (57) avec l’intention d’y effectuer un posé-décollé. Il contacte par radio le service de contrôle d’aérodrome qui lui demande de rappeler en vue du terrain.

Le contrôleur lui propose de s'intégrer dans le circuit d’aérodrome par une verticale suivie d’un circuit main gauche pour la piste 22[1]. Le pilote demande à intégrer directement la branche vent arrière main droite. Le pilote rappelle en vent arrière et précise que sa vitesse est alors de 150 km/h.
Le contrôleur l’autorise à un posé-décollé et lui annonce un vent du 160° pour 10 kt. Le pilote décide de majorer sa vitesse d'approche de 115 km/h à 120 km/h. Il indique avoir sorti le second cran de volets. Le pilote explique que, lors de l’arrondi, il applique la technique d’atterrissage par vent traversier (conjugaison pied-manche) en relâchant doucement les efforts à cabrer. Il se souvient que le train principal touche doucement la piste. Au moment où le train avant touche le sol, l'avion débute une embardée vers la gauche. Le pilote explique être très surpris de ce comportement et ajoute qu’il maintient le manche à piquer afin de déverrouiller le mécanisme de contrôle de la direction du train avant. Il actionne le palonnier droit en butée afin de ramener l'avion dans l'axe de la piste mais n’y parvient pas. Il indique agir alors sur les freins situés en haut des palonniers.
L’avion poursuit sa course vers la gauche dans l'herbe. Les abords de piste sont détrempés et ralentissent l’avion qui s’immobilise dans un fossé profond d’environ un mètre situé à 74 m de l’axe de la piste et à environ 750 m de l’entrée de piste.

2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES
2.1 Conditions météorologiques

Extrait du message ATIS de l’aéroport Metz-Nancy-Lorraine enregistré à 13 h 14 UTC :

  • Piste 22 en service ;
  • Vent du 150° pour 11 kt ;
  • Visibilité 10 km ;
  • Nuages épars (FEW) à 2 300 ft ;
  • Température 12° C/ température du point de rosée 7° C ;
  • QNH 1 021 hPa.

Le vent annoncé par le service du contrôle d’aérodrome au pilote en courte finale était de 160° pour 10 kt. La composante de vent traversier en piste 22 (218°) était donc de 9 kt venant de la gauche de l’avion.

2.2 Renseignements sur le pilote

Le pilote, âgé de 19 ans, est titulaire d’une licence PPL(A) délivrée en juillet 2018.
Le jour de l’accident, il totalisait environ 80 heures de vol dont 29 en solo majoritairement sur
Robin R 2120[2]. Il avait effectué environ 17 heures de vol sur DR 400 dont environ 7 en solo. Dans les trois derniers mois et trente derniers jours, il avait réalisé une heure de vol en solo sur ce type.

2.3 Renseignements sur l'avion

Le pilote indique que la personne qui avait effectué le vol précédent, le matin même de l’événement, n'avait rapporté aucune anomalie dans le carnet de route. Il ajoute n’avoir lui-même observé aucun problème lors du roulage puis du roulement au décollage pour le vol de l’accident.
Les trains d’atterrissage avant et principal droit ont été rompus lors du passage dans le fossé.

Selon le manuel de vol du DR 400-140B, la composante de vent traversier admissible pour le décollage est de 22 kt. Celle-ci ne constitue pas une limitation.
Entre 2017 et 2020, cet avion a subi quatre sorties latérales de piste au cours desquelles il a été endommagé trois fois.
L’unité de maintenance chargée des réparations n’a détecté aucun dysfonctionnement sur le train d’atterrissage ou les commandes de l‘avion pouvant expliquer l‘événement. Cependant, après ces réparations et à la suite d’un nouvel accident dans des circonstances similaires en décembre 2020, l’avion a été examiné par un atelier de maintenance agrée. Cet examen a révélé un mauvais réglage de la position des palonniers par rapport à la cloison pare-feu. Selon Robin Aircraft, ce défaut peut avoir un effet significatif sur les actions à exercer aux palonniers pour diriger l’avion, rendant sa conduite plus difficile.

2.4 Enseignement de sécurité

Le BEA a publié une étude[3] précisant les conditions dans lesquelles avaient lieu des sorties de piste en aviation légère. Un défaut de coordination des actions manche palonnier est souvent à l’origine de ces pertes de contrôle. L’attention est attirée sur « la faible expérience de la plupart des pilotes concernés », qui peuvent éprouver des difficultés à mobiliser des ressources nécessaires dans cette phase délicate du vol.

 


[1] Piste revêtue de 3 050 x 45 m.

[2] Le Robin R 2120, comme le DR 400, est équipé d’un dispositif automatique de remise dans l’axe de la roue avant lorsque l’amortisseur avant se détend.