Collision avec le sol lors d'un atterrissage en campagne

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

 

Evénement : collision avec le sol lors d’un atterrissage en campagne.

 

Causes identifiées : - estimation erronée des limites du vol local,

- technique d’atterrissage en campagne improvisée.

 

Circonstances :

 

Le pilote décolle en remorqué à 16 h 46 de la piste 05 non revêtue de l’aérodrome d’Orléans Saint-Denis-de-l’Hôtel (45). Il explique qu’il se largue à une hauteur de 550 m. Il évolue en spirale pendant quelques minutes à la verticale de l’aérodrome et atteint la hauteur de 800 mètres. Il décide de rejoindre le seul cumulus visible qu’il estime à la limite du volume de vol local au sud de l’aérodrome. Il atteint le cumulus à une hauteur d’environ 350 mètres. Il évolue en spirale sans pouvoir gagner de la hauteur. A une hauteur d’environ 200 mètres, il s’estime trop bas pour rejoindre l’aérodrome et décide d’atterrir en campagne. Il choisit un champ d’une longueur d’environ 500 mètres pour atterrir face à l’ouest (champ 1 sur la carte ci-après). Lors de l’approche, il aperçoit deux pylônes d’une ligne électrique à haute tension dans le champ. Il reporte son choix vers un champ de maïs (champ 2) sur sa droite orienté vers le nord. En finale, à une hauteur de 70 mètres, il estime qu’il est trop haut pour atterrir, et rentre les aérofreins. Il survole le champ et vire sur la droite à l’extrémité du champ pour atterrir dans le sens opposé. Lors du demi-tour, l’aile droite heurte le sol, le planeur termine sa course sur le ventre.

 

Le pilote avait prévu de rester dans le volume de vol local de l’aérodrome. Le volume de vol local est représenté par un cône dont le sommet est centré sur l’aérodrome incliné du côté d’où vient le vent, en prenant en compte une finesse de 10. Lorsque le pilote rejoint le cumulus, il est à une hauteur de 350 mètres et à 5 km de l’aérodrome. Pour rester à l’intérieur du cône il aurait dû être à une hauteur minimum de 500 mètres.

 

Le pilote avait obtenu l’autorisation de voler en local environ un an auparavant. Il n’était pas autorisé pour le vol en campagne. Il projetait de s’entrainer à la recherche d’ascendances en local de l’aérodrome afin d’obtenir l’autorisation aux vols en campagne. Il a toujours atterri sur l’aérodrome de Saint-Denis-de-l’Hôtel.

 

Le manuel du pilote vol à voile (Edition Cépadues) indique :

 

« Décision d’atterrissage en campagne : au-dessus d’une plaine accueillante, vous choisirez le champ atterrissable dès que votre hauteur deviendra inférieure à 400 ou 500 m/sol. Cette hauteur devra être majorée si vous survolez une région peu propice aux atterrissages en campagne :

- une fois le champ repéré, vous pouvez tenter de raccrocher dans les limites du cône de vol local, de préférence au vent,

- cessez toute spirale à une hauteur inférieure à 200 m,

- définissez une prise de terrain avec une branche vent arrière et dans tous les cas une finale longue. »

 

Publications