Exercice de panne moteur, atterrissage avant la piste, collision avec un obstacle, en instruction

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Circonstances

L'instructeur et l'élève décollent de l'aérodrome de Merville (59) pour un vol d'instruction en double commande comportant des exercices d'encadrement en piste 04 non revêtue. Lors du troisième exercice, l'élève atterrit environ 40 m avant le seuil de la piste dans une parcelle avec de l'herbe haute de 30 à 40 cm. Environ 5 m après le toucher des roues, l'ULM roule dans une ornière. Le train principal droit se rompt.

L'élève indique que lors du premier exercice il a atterri à mi-piste. Il a donc décalé son point d'aboutissement lors du second exercice et a atterri entre le seuil et la mi-piste. Lors du troisième exercice, il a rallongé la branche de vent arrière afin d'atterrir au plus près du seuil de la piste 04. Il précise qu'il lui semblait en finale que le point d'aboutissement était correct et qu'il n'a réalisé qu'au dernier moment que l'ULM n'atteindrait pas la piste. Il précise qu'il n'a pas remis les gaz car il craignait que cela n'invalide l'exercice. L'instructeur indique qu'il n'a pris conscience que l'avion allait atterrir avant la piste qu'en très courte finale. Il n'a pas repris les commandes ni demandé à l'élève de remettre les gaz car cet ULM est équipé de roues de 20 pouces de diamètre permettant d'atterrir sur des terrains sommaires. Il précise que la parcelle dans laquelle ils allaient atterrir ne présentait aucun risque visible depuis l'habitacle.

Les conditions météorologiques étaient les suivantes : vent du 070° pour 6 à 11 kt, CAVOK, température 26°C, QNH 1023 hPa.

L'élève avait entamé une formation ULM multiaxes en août 2012. Depuis cette date, il avait effectué 35 heures 45 minutes en double et 5 heures 35 minutes en solo. Le matin de l'accident, il avait effectué trois posés-décollés en solo. L'instructeur totalisait environ 12 500 heures de vol sur tous types d'aéronefs dont environ

8 000 heures en instruction. Il totalisait environ 200 heures sur ULM.

Conclusion

L'accident est dû à la décision de l'instructeur de poursuivre l'exercice jusqu'à l'atterrissage hors de la piste.

L'appréhension d'échouer à l'exercice a pu contribuer au choix de l'élève de poursuivre l'atterrissage moteur réduit.

Publications