Incident grave de l'hélicoptère AS350-B3 immatriculé F-HJTB exploité par SAF hélicoptères le 08/08/2016 à Roquefort-les-pins (06)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Note: les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote.
Ces informations n’ont pas fait l’objet d’une validation indépendante par le BEA.

1 - DÉROULEMENT DU VOL

Le pilote décolle de l’aérodrome de Cannes Mandelieu (06) en direction de la carrière du Pont-de-Pierre, située sur la commune de Roquefort-les-Pins, afin d’y effectuer le transport d’une charge sous élingue, en vue de la sécurisation d’un éperon rocheux.

A l’arrivée, à la verticale de la carrière, le pilote identifie la ligne électrique qui lui a été signalée, le point de posé ainsi que la zone de dépose. Il constate que la nature du sol au point de posé est susceptible d’engendrer un nuage de poussière lors des phases d’atterrissage et de décollage. Compte tenu de ces éléments, le pilote détermine l’axe de l’atterrissage préférentiel et atterrit sans maintenir le stationnaire pour éviter de soulever trop de poussière.

Au sol, un mécanicien équipe l’hélicoptère avec une élingue de 25 mètres. Lors du décollage vertical dans la poussière, une pale du rotor principal sectionne l’un des trois câbles d’une ligne électrique. Le pilote détecte cette ligne électrique et atterrit.

2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES

Les informations suivantes avaient été communiquées au pilote par le responsable de l’entreprise de travaux :

 

  • le point de posé, situé au centre de la carrière en contrebas des plans d’exploitation ;
  • la charge , constituée d’un « big bag » et de barres de fer ;
  • la présence d’une ligne électrique passant à la verticale de la carrière.

Le pilote indique qu’il n’a pas vu la ligne électrique heurtée lors de la reconnaissance car il s’était focalisé sur celle qui lui avait été signalée et le point de posé. Il précise que cette seconde ligne électrique n’est pas visible depuis le sol. Elle passe à une hauteur d’environ 100 mètres et légèrement devant le point de posé. Les poteaux sont implantés en zone boisée et les câbles sont en aluminium d’une section d’environ un cm. Au décollage et durant la prise de hauteur, l’hélicoptère était dans le nuage de poussière et le pilote n’a détecté la ligne qu’après l’avoir heurtée.

Le pilote souligne que, si cette seconde ligne lui avait été signalée, il n’aurait pas atterri avant de l’avoir localisée.

Le pilote, titulaire d’une licence de pilote professionnel CPL(H), totalisait environ 15 000 heures de vol dont 8 000 sur type et 150 dans les trois mois précédents, toutes sur type.

Les conditions météorologiques estimées par le pilote étaient les suivantes : CAVOK.

Publications