Incident grave du Cessna - 310 immatriculé N443LT survenu le 20/12/2017 à Toussus-le-Noble (78)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Rapport d'Enquête cat.3 : rapport sur un événement aux conséquences limités, élaboré à partir d'un ou de plusieurs témoignages n'ayant pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

Note :Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - DÉROULEMENT DU VOL

Le pilote en formation, accompagné d’un instructeur, décolle à 07 h 57 de la piste 25R de l’aérodrome de Toussus-le-Noble (78) pour un vol IFR à destination de Tarbes (65).
L’instructeur indique que, lors de la montée initiale en conditions de vol aux instruments et peu après le transfert sur la fréquence de Paris Orly, il constate que les alternateurs ne fonctionnent pas. L’instructeur annonce au contrôleur une panne électrique, demande un guidage radar et reprend les commandes afin de revenir atterrir sur l’aérodrome de Toussus-le-Noble.
Vers 08 h 05, alors que l’avion se trouve en guidage radar vers l’est afin de revenir intercepter l’axe du Localizer, les pilotes constatent une panne électrique totale : le contact radio est perdu et les instruments de navigation ne fonctionnent plus.
En utilisant l’horizon de secours et le compas, l’instructeur amorce un virage sur la droite afin de s’aligner approximativement sur la finale de la piste 25R de l’aérodrome de Toussus-le-Noble et ne pas se rapprocher de l’aéroport Paris-Orly. Puis l’instructeur débute une descente afin de passer sous la couche nuageuse et trouver les conditions de vol à vue. L’instructeur indique retrouver la vue du sol à une altitude d’environ 1 900 ft et corrige à vue la trajectoire d’approche finale vers l’aérodrome de Toussus-le-Noble. Après une sortie du train d’atterrissage manuelle, il atterrit sur la piste 25R à 08 h 16.

2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES
2.1 Contexte du vol

Souhaitant se rendre à Tarbes pour un rendez-vous professionnel, le pilote, également propriétaire de l’avion a demandé à son instructeur habituel de l’accompagner afin de pouvoir effectuer ce vol selon les règles de vol aux instruments (IFR). Il était convenu qu’au cours de ce vol, ce soit le propriétaire qui pilote l’avion depuis la place gauche, guidé par l’instructeur afin de se familiariser au vol IFR, ce dernier assurant les communications radio ainsi que la navigation depuis la place droite.

2.2 Conditions météorologiques

Les conditions météorologiques reportées par l’aérodrome de Toussus-le-Noble étaient les suivantes : visibilité de 7 km, FEW à 1400 ft, OVC à 2400 ft. Le lever du soleil à Versailles (78) le jour de l’incident grave était à 08 h 42.

2.3 Équipage de conduite
2.3.1 Pilote en formation

Le propriétaire de l’avion, âgé de 55 ans, est titulaire d’une licence de pilote privé PPL (A) assortie de la qualification de classe d’avion multimoteur à pistons (MEP). Il est qualifié pour piloter le Cessna 310 selon les règles de vol à vue (VFR) de jour uniquement. Il ne dispose pas de la qualification de vols aux instruments.
À la date de l’incident grave, il totalisait 220 heures de vol, dont 60 sur type et 3 h 40 dans les trois derniers mois, toutes sur type.
Il était assis en place avant gauche pour ce vol.

2.3.2 Instructeur

L’instructeur, âgé de 54 ans, est titulaire d’une licence de pilote commercial CPL (A) assortie des qualifications de vol aux instruments – multimoteur (IR-ME), de classe d’avion monomoteur à pistons (SEP), MEP, d’instructeur de qualification de classe (CRI) et d’instructeur de vol (FI) avec une extension IR.
Il disposait d’une expérience de 7 256 heures de vol totales dont 812 sur avions de classe MEP. Dans les 12 mois précédant l’événement, il avait réalisé des vol d’instruction sur le C310 N443LT au profit du propriétaire de l’avion les 29 mars et 28 octobre 2017.

Il était le commandant de bord du vol de l’incident grave et occupait la place avant droite.

2.4 Témoignages
2.4.1 Instructeur

Il explique qu’au cours de la montée initiale, il a constaté l’allumage du voyant « LOW VOLTAGE » situé au-dessus du volant gauche. Il a alors demandé alors au pilote en place gauche de vérifier les disjoncteurs des alternateurs situés sur le panneau latéral gauche et de positionner les interrupteurs de commande des alternateurs sur OFF puis sur ON.
Il connaissait bien la région et les altitudes à laquelle il est possible de descendre en sécurité dans le secteur de l’approche finale de l’aérodrome de Toussus-le-Noble.

2.4.2 Propriétaire de l’avion

Le propriétaire de l’avion explique que ce matin-là, il a procédé au démarrage des moteurs de l’avion normalement et que toutes les procédures ont été effectuées avec les alternateurs bien positionnés sur ON et connectés au réseau électrique de bord.
Son stress était globalement important au moment de la panne électrique en conditions de vol aux instruments et jusqu’à la récupération de la vue du sol lorsqu’ils sont descendus en dessous de la couche nuageuse. Cela n’a toutefois pas empêché d’effectuer les procédures adéquates.