Perte de contrôle au sol, collision avec un avion immobilisé sur une altisurface, en instruction

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

1 - Déroulement du vol

L'élève et l'instructeur du F-HUEZ décollent de l'altiport de l'Alpe d'Huez (38) pour un vol d'instruction dont l'objectif est l'obtention de la qualification montagne « skis ». Ils réalisent trois atterrissages sur l'altisurface du glacier de Saint-Sorlin, puis décident de revenir à l'Alpe d'Huez.

Le pilote du F-PIYR, en vol dans le secteur, contacte l'équipage du F-HUEZ par radio et lui demande des renseignements sur les conditions sur le glacier de Saint-Sorlin. L'instructeur lui indique que l'altisurface est praticable. Après quelques minutes, le pilote du F-PIYR demande par radio une assistance pour dégager son avion qui s'est immobilisé dans la neige poudreuse au cours du virage pour redécoller.

L'instructeur indique à l'élève qu'ils vont atterrir et immobiliser l'avion au-dessus du F-PIYR. Lors de l'atterrissage, l'élève ne parvient pas à s'arrêter et décide de redécoller. Lors de la deuxième approche, l'instructeur reprend les commandes et atterrit à droite du F-PIYR. Lors du virage à l'issue de l'atterrissage, l'instructeur ne parvient pas à s'arrêter et se retrouve face au F-PIYR. Le F-HUEZ continue de glisser, l'instructeur et l'élève ne parviennent pas à modifier la trajectoire de l'avion qui entre en collision à faible vitesse avec le F-PIYR.

2 - Renseignements complémentaires

2.1 Témoignage et expérience de l'instructeur du F-HUEZ

L'instructeur, titulaire d'une licence PPL(A), qualifié instructeur montagne « roues » et « skis », totalisait environ 2 200 heures de vol.

Il indique qu'après avoir atterri et contrôlé la vitesse, il a débuté un virage par la gauche. Au milieu du virage, il a tenté d'arrêter l'avion par une action sur le palonnier droit mais a constaté une résistance. L'avion s'est retrouvé face au F-PIYR et s'est mis à glisser dans sa direction. Il précise qu'il n'est pas parvenu à corriger la trajectoire et éviter la collision.

 

2.2 Expérience et témoignage du pilote du F-PIYR

Le pilote, titulaire d'une licence PPL(A), qualifié montagne « roues » et « skis », totalisait environ 1 700 heures de vol.

Il indique qu'il a contacté l'instructeur du F-HUEZ pour connaître les conditions sur le glacier de Saint-Sorlin et étant seul à bord, il s'est assuré que l'instructeur resterait dans le secteur avant d'entreprendre l'atterrissage sur l'altisurface. Lors du virage pour décoller, l'avion s'est immobilisé dans la neige poudreuse. Il a demandé par radio de l'assistance à l'instructeur du F-HUEZ. Il indique qu'au cours de la deuxième tentative du F-HUEZ, après un atterrissage réalisé au même endroit, l'avion était presque arrêté lorsqu'il s'est mis à glisser en direction du F-PIYR et l'a heurté sur le côté droit.

2.3 Expérience et témoignage de l'élève du F-HUEZ

L'élève, titulaire d'une licence ATPL(A) totalisait environ 12 300 heures de vol. Il possède entre autres les qualifications SEP, hydravion et montagne « roues ».

Il indique que lors des trois posés-décollés réalisés sur l'altisurface du glacier de Saint-Sorlin, il avait trouvé les conditions « assez difficiles » en raison d'une forte épaisseur de neige poudreuse qui rendait le virage avant le décollage difficile.

Lors de la deuxième tentative d'atterrissage pour aider le pilote du F-PIYR, au cours de la finale, il estimait qu'il n'était pas bien positionné et souhaitait refaire un circuit. Il en a fait part à l'instructeur qui a repris les commandes afin de poursuivre l'atterrissage.

3 - Enseignements et conclusion

La décision d'atterrir au plus près de l'avion immobilisé qui constituait un obstacle à proximité a réduit les possibilités de manœuvre lors de l'atterrissage. L'instructeur, ne parvenant pas à arrêter l'avion lors du virage et à le contrôler lorsqu'il s'est mis à glisser n'a pas été en mesure d'éviter le F-PIYR.

La résistance sur les palonniers rencontrée par l'instructeur est probablement due à l'accumulation de la neige poudreuse au niveau du ski arrière. La faible efficacité des gouvernes à faible vitesse n'a pas permis à l'instructeur de modifier la trajectoire de l'avion.