Perte de contrôle lors du dernier virage, collision avec le sol

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Vol local AD Lapalisse (03).

 

Lors du troisième circuit d'aérodrome, des témoins voient l'avion passer en vent arrière pour la piste 23 revêtue comme lors des circuits précédents.

Puis, ils constatent que l'avion vire à droite au cap 090°. L'avion coupe l'axe de piste et effectue un passage en vol rectiligne horizontal devant les hangars à une hauteur d'environ 50 m. L'avion vire ensuite à gauche pour recouper l'axe de piste en prenant un peu de hauteur et enchaine un virage continu à droite avec une inclinaison de 60 degrés pour se présenter en finale pour la piste 23. En fin de dernier virage, l'avion s'incline fortement à droite et prend une forte assiette à piquer. Les témoins n'ont pas vu l'impact de l'avion avec le sol en raison de la présence d'arbres mais ont entendu une forte augmentation de la puissance du moteur. L'avion a pris feu immédiatement après avoir heurté le sol.

 

1. Renseignements DE BASE

 

1.1 Trajectoire estimée d'après les témoignages

 

Voir PJ ECCAIRS

 

1.2 Examen du site et de l'épave

 

L'épave est située dans le prolongement de l'axe de piste à environ 100 mètres du seuil de piste 23.

Les traces au sol montrent que l'avion a heurté le sol avec une forte assiette à piquer, une inclinaison à droite et un cap d'environ 170°.

L'avion n'a pas perdu de pièces en vol.

L'état de l'épave indique que l'impact avec le sol a été violent.

L'examen des trois pales de l'hélice montre que le moteur délivrait une forte puissance.

Le train droit est replié sur la cellule alors que le train gauche a presque conservé sa position d'origine. L'extrémité de l'aile droite est fortement endommagée. Ces deux éléments confirment que l'avion a heurté le sol avec une inclinaison à droite.

Il n'a pas été possible de déterminer la position des volets.

L'examen des commandes de vol montre que toutes les ruptures sont de nature statique et consécutives à l'impact. La continuité des commandes de vol a été vérifiée.

 

1.3 Masse et centrage de l'avion

 

La masse et le centrage étaient dans les limites préconisées par le constructeur.

 

1.4 Maintenance de l'avion

 

Le NORD AVIATION 3202 est un avion biplace à aile basse destiné à l'entrainement militaire au pilotage et à la voltige. Il a effectué son premier vol en 1957. Le F-AZFU disposait d'un certificat de navigabilité restreint d'aéronef de collection.

Il était entretenu par une unité d'entretien agréée.

Il avait fait l'objet d'un rentoilage des ailes et du fuselage au cours de l'hiver 2006.

A l'issue de cette opération, une visite annuelle a été effectuée le 5 mars 2007.

 

1.5 Activités aériennes du pilote

 

Le pilote a effectué son premier vol (vingt minutes) sur cet avion le 29 novembre 2004. Il a réalisé un vol aller-retour sur l'aérodrome de Vichy le 4 juin 2005. A l'issue du rentoilage de l'avion à Clermont-Ferrand, il est venu récupérer l'avion le 29 mars 2007. Il a réalisé ensuite deux vols locaux de cinquante minutes le 12 avril 2007 et deux autres de trente minutes le 19 avril 2007.

Le jour de l'accident, il avait effectué un vol d'instruction d'une heure et cinq minutes sur un ROBIN DR 400 et deux heures de vol lors de trois vols d'instruction sur un ULM SKYRANGER.

 

1.6 Témoignages

 

Un pilote de NORD AVIATION 3202, présent lorsque le pilote est venu réceptionner l'avion après la visite annuelle, indique que celui-ci ne lui semblait « pas très à l'aise » et ne connaissait pas les vitesses caractéristiques de l'avion.

Un autre témoin, qui a volé sur ce type d'avion, précise que cet avion ne dispose pas d'un avertisseur de décrochage et qu'il faut être vigilant sur les paramètres de vol car cet avion est lourd et décroche facilement à basse vitesse avec peu de signes avertisseurs

Le pilote devait se rendre le weekend suivant à Vichy pour un rassemblement organisé par l'association « réseau du sport de l'air » (RSA).

 

1.7 Autopsie

 

L'autopsie n'a rien révélé d'anormal.

2. Analyse

 

2.1 Passage basse hauteur devant les hangars et dernier virage à forte inclinaison

 

Le passage devant les hangars à basse hauteur ne semble pas avoir été planifié car les témoins n'en étaient pas informés. Cette phase de vol pourrait trouver une certaine justification dans la préparation de l'arrivée au rassemblement du RSA prévu à Vichy le weekend suivant.

 

Après son passage devant les hangars à basse hauteur, le pilote a probablement décidé de ne pas revenir se présenter en début de branche vent arrière ni d'éloigner l'étape de base pour effectuer un dernier virage normal. Le pilote pourrait avoir décidé d'effectuer le dernier virage à forte inclinaison à la suite d'une certaine euphorie liée à ce passage basse hauteur devant ses amis.

 

2.2 Perte de contrôle

 

Après son passage à basse hauteur devant les hangars, le pilote s'est présenté pour l'atterrissage par un virage continu de 270 degrés effectué à une faible hauteur.

Compte tenu de cette hauteur, de la proximité de la piste et des 270 degrés de virage, il était obligé d'incliner fortement l'avion pour rejoindre l'axe de la piste. Cette phase de vol nécessitait de maintenir un régime moteur élevé car la perte de hauteur possible était faible et le facteur de charge important.

Avec une inclinaison de 60 degrés, la vitesse de l'avion peut varier rapidement et la vitesse de décrochage est plus élevée que celle correspondante à un dernier virage normal.

Il est possible que le pilote, en ne voulant pas dépasser l'axe de la piste, ait réduit la puissance du moteur ou augmenté l'inclinaison. L'avion aurait alors décroché sur l'aile droite.

La faible expérience du pilote sur ce type d'avion ne lui a pas permis de prévenir ce décrochage. Le pilote a probablement tenté de récupérer le contrôle de l'avion en augmentant la puissance du moteur et en réduisant l'inclinaison. Compte tenu de la faible hauteur, la situation n'était pas récupérable.

Il est également possible que le pilote n'ait pas configuré l'avion avec les volets en position atterrissage compte tenu du circuit inhabituel effectué.

 

3. Conclusion

 

Le pilote a entrepris un virage serré de 270 degrés à forte inclinaison sans maitriser parfaitement sa vitesse.

La perte de contrôle est la conséquence d'un décrochage à très faible hauteur.

Une certaine euphorie et une faible expérience sur ce type d'avion ont probablement contribué à placer le pilote dans ces conditions délicates de vol et à ne pas détecter l'approche du décrochage.