Perte de séparation entre un avion de transport public et un ULM en instruction solo

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

ULM 972-CG : Vol local instruction solo AD Fort-de-France (972).

DHC8 V2-LFV : Vol IFR AD Castries (Sainte-Lucie) - AD Fort-de-France (972).

 

L'élève à bord de l'ULM identifié 972-CG décolle de la piste 10 revêtue pour réaliser des circuits d'aérodrome. En début de branche vent arrière, le contrôleur lui demande de réaliser un circuit d'attente pour laisser passer le DHC8 qui va s'intégrer directement en étape de base de la piste 10. L'élève collationne correctement mais n'effectue pas le circuit d'attente en début de vent arrière comme demandé par le contrôleur. Ce dernier lui répète cette instruction à plusieurs reprises sans qu'il l'exécute. Le contrôleur informe l'équipage du V2-LFV de la présence d'un vol VFR en circuit d'aérodrome. L'équipage maintient une altitude de 1 500 pieds soit 500 pieds au-dessus du circuit d'aérodrome. Lorsque l'avion approche du début de l'étape de base, l'équipage commence la descente. Une alarme RA TCAS se déclenche. L'équipage remonte. Au même moment, le 972-CG est en fin de vent arrière et fait demi-tour par la gauche vers l'avion.

 

La séparation minimale est de 0,5 NM et 400 pieds.

 

L'élève explique que son instructeur lui avait indiqué de privilégier la fin de la branche arrière pour réaliser des circuits d'attente. De plus il précise qu'il n'a pas compris les messages du contrôleur car il était occupé à configurer l'ULM pour l'atterrissage. Il effectuait son troisième vol solo après environ 15 heures de vol.

 

L'instructeur précise qu'il avait informé le contrôleur de l'expérience de l'élève.

 

Conclusion : l'incident est dû à une interprétation erronée de l'instruction du contrôleur par l'élève. La faible expérience de l'élève et l'absence de prise en compte de cette information par le contrôleur ont contribué à l'incident.