Accident du Robin DR400 - 140B immatriculé F-GORL survenu le 16/12/2020 à Chambley (54)

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Rapport d'Enquête cat.3 : rapport sur un événement aux conséquences limités, élaboré à partir d'un ou de plusieurs témoignages n'ayant pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

Note :Les informations suivantes sont principalement issues du témoignage du pilote. Ces informations n'ont pas fait l'objet d'une validation indépendante par le BEA.

1 - DÉROULEMENT DU VOL

Le pilote décolle seul à bord dans l’objectif de faire des circuits d’aérodrome en piste 23L[1]. Lors de la première approche finale, il estime être bien aligné et stabilisé sur le plan et en vitesse. Il effectue un « kiss landing[2] » et l’avion part sur la gauche dès le toucher des roues. Il essaye d’agir sur les palonniers pour ramener l’avion dans l’axe de piste, tout en poussant le manche vers l’avant pour tenter de déverrouiller la roulette de nez, mais cela n’a pas d’effet. L’avion sort de piste par la gauche et heurte le panneau signalant le taxiway C, puis s’immobilise dans l’herbe, le train d’atterrissage avant rompu.

2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES
2.1  - Renseignements sur le pilote

Le pilote est titulaire d’une licence LAPL (A). Il totalisait environ 130 heures de vol au jour de l’accident dont 12 sur DR400 et il avait fait trois vols dans les trois derniers mois. La majorité de ses heures de vol a été effectuée sur des Robin R2120, qui sont équipés du même système de verrouillage de la roulette de nez que les DR400.

Le pilote estime que le vent était du sud pour 5 à 10 kt. Il explique qu’on lui a enseigné de mettre le manche vers l’avant après le toucher des roues pour déverrouiller la roulette de nez lors du roulement à l’atterrissage. Il avait déjà été confronté à un problème de verrouillage de la roulette de nez avec cet avion il y a un an environ. Cela s’était produit au décollage sur l’aérodrome Metz-Nancy-Lorraine, alors qu’il atteignait la vitesse de rotation. Il avait pu décoller avant que l’avion ne dévie trop de l’axe de piste.

2.2  - Examen de l’avion

À la suite de l’accident, l’avion a été examiné par un atelier de maintenance agrée. L’examen a révélé un mauvais réglage de la position des palonniers par rapport à la cloison pare-feu. Selon Robin Aircraft, ce défaut peut avoir un effet significatif sur les actions à exercer aux palonniers pour diriger l’avion, rendant la conduite de l’avion plus difficile.

 


[1] Piste revêtue de 2 100 x 45 m.

[2] Atterrissage souple.