Vol en conditions givrantes, perte de contrôle, collision avec le sol

Progression de l'enquête Cloturée
Progress: 100%

Evénement : vol en conditions givrantes, perte de contrôle, collision avec le sol.

 

Causes probables : ?- obstination à poursuivre le vol par conditions givrantes,

- perte de références visuellesextérieures.

 

Circonstances :

 

L’exploitation des radiocommunications et de la trajectographie radar ont permis de reconstituer le vol.

 

Le pilote décolle de l’aérodrome de Luxembourg à 9 h 25 à destination de l’aérodrome du Castelet (83), puis suit une route à l’est de celle qu’il a prévue sur le plan de vol VFR (voir carte TEMSI France de 9 h 00 avec itinéraires reportés). Il contacte successivement le Centre d’Information en Vol de Reims puis de Genève (Suisse). Il indique à ce dernier qu’il est au niveau de vol 105 en conditions de vol à vue avec une route au sud à destination de l’aérodrome du Castellet (83). A cet instant, la trajectographie radar montre que le pilote suit une route rectiligne vers le sud, à une vitesse et à une altitude constantes.

 

A 10 h 40, le contrôleur observe l’avion en descente. Il demande au pilote de confirmer le changement d’altitude. Ce dernier, en virage vers l’ouest répond « je suis obligé de descendre rapidement, je gèle ». Une vingtaine de secondes plus tard le pilote annonce quatre fois « MAYDAY ». A partir de cet instant le taux de virage augmente fortement. Le dernier point radar enregistré est à 10 h 41 min 48.

 

L’examen du site de l’accident montre que l’avion est entré en collision avec le sol à une vitesse très importante et en fort piqué. Il n’a pas été possible de déterminer si le pilote a tenté d’utiliser le parachute de secours.

 

Aucun élément ne permet d’affirmer que le pilote avait pris des renseignements météorologiques avant le décollage de Luxembourg.

Il n’a pas été possible de déterminer si la perte de contrôle de l’avion est due aux conditions givrantes et ou à une perte des références visuelles.

 

Le pilote était attendu au Castelet. Il devait le jour même convoyer son avion afin de conclure la vente de ce dernier.

Publications